Herstal :: Le PTB vote contre les taxes antisociales

Ce 26 octobre 2015, le conseil communal de la ville de Herstal, a voté plusieurs taxes communales (dont immondices). Le PTB, par la voix de son conseiller Johan Vandepaer a tenu à rappeler à la majorité PS-EPH son programme qui a été soutenu par 14% des Herstaliens lors du vote du 14 octobre 2012 : moins de taxes, moins de bling bling, plus d’emploi et plus de logements.

Les conseillers du PTB de Herstal ont voté contre l’ensemble des taxes « antisociales ». 

L’IPP (taxe sur les revenus des ménages) qui reste à 8,5%  et CONTRE  les centimes additionnels au précompte immobilier (taxe sur les habitations ou cadastre) qui restent à 2600. C’est une des fiscalités des plus élevées du pays, alors que la ville de Herstal est l’une des 20 communes les plus pauvres de Wallonie. Un Wallon sur cinq est en situation de pauvreté (moins de 1000 euros par mois pour un isolé et moins de 2100 euros pour une famille avec 2 enfants).  Le budget de la ville de Herstal prévoit pour 2015 une recette de 27,4 millions de taxes ; de ce montant les ménages paient  85% et seulement 15 % proviennent des entreprises (qui sont très nombreuses sur le territoire de la ville).

Les conseillers du PTB ont également voter contre la taxe IMMONDICE. Si le montant de base (la partie forfetaire) n’augmente pas , ce n’est pas le cas de la partie proportionnelle.

Dès 2016, les kilos de déchets ménagers seront taxés au-delà de 55 kg par personne (auparavant 60 kg) et cette taxe variable au kg augmente également, elle passera à 0.08 € (avant 0.07€) pour le surplus jusqu’à 120kg et à 0.10 € au-delà de 120kg par personne.

La  collecte des déchets verts passe à 8 € dès la 3ème levée (auparavant 5€) et celle des encombrants sera taxée dès la seconde levée au prix de 20 €. Alors que la majorité avait promis que cette dernière resterait gratuite.

Ces taxes sur les déchets sont injustes :

Injuste car les ménages ne se rendront compte de l’augmentation de cette taxe directe qu’au moment où ils recevront leur partie proportionnelle de la taxe. Les conseillers PTB rappellent que cette taxe ne touche pas tous les citoyens de la même manière par exemple un pensionné avec une pension de 1200 euros nets par mois ou une famille avec des revenus de 2500 euros net payent ici la même chose qu’un cadre avec un revenu de 5000 euros nets par mois.

Injuste parce que les familles à faibles revenus, qui étaient exonérées de cette taxe jusque fin 2012, payent depuis 2013 une partie de la taxe immondice

Injuste parce que la majorité PS-EPH de la ville de Herstal a opté pour un partenariat public privé pour le sytème  de collecte et le traitement de déchets. On peut se demander pourquoi la majorité a opté pour ce système hybride de partenariat public privé qui délègue une partie de la collecte et traitement des déchets à la multinationale Sita-Suez (comme à Besix Park pour le parking payant). Ce système transfère des taxes payées par les citoyens  vers des multinationales. Cela n’a rien avoir avec une bonne gouvernance ni une gestion « en bon père de famille »

En ce qui concerne cette taxe, le PTB a rappelé sa revendication de revenir au montant en vigueur de 2010, avant l’introduction du conteneur. La recette de la taxe sur l'incinération pour 2015 est estimée 560.000 euros, un montant qui permet de rencontrer cette revendication.

 

 

Annexe : Programme fiscal communal du PTB

Réduction significative de la taxe déchets (au niveau de 2010, 116 euro par ménage), comme une pétition signée par plus de 2 000 Herstaliens l’a demandée. La taxe perçue par la ville sur l’incinération (plm 560 000 euro par an en 2015) pourrait être utilisée pour cette diminution. Retour à une gestion communale pure des déchets.

Pas d’augmentation des autres taxes pour la population pendant la législature 2013-2018.

Restauration de la taxe sur la force motrice pour les investissements après 2006.

Augmentation de la taxe sur les enseignes bancaires.

Application de la taxe sur les enseignes commerciales de plus de 400 m², taxe qui ne toucherait donc que les enseignes des grosses multinationales de la distribution.

Augmentation de la dotation du fonds des communes. En 1978, un tiers des revenus des communes provenait de ce fonds contre un cinquième aujourd’hui. L’Union des villes et communes wallonnes demande un mécanisme d’adaptation automatique qui lie le fonds des communes à l’évolution des charges des communes (essentiellement les dépenses de personnel). Ce fonds doit donc être re-financé sur base de revenus provenant d’une réforme fiscale sur l’impôt (tranches d’impôts plus élevés pour les revenus les plus élevés, revenus du capital taxés comme les revenus du travail, taxe sur les fortunes de plus d’un million d’euros qui rapporterait 8 milliards d’euros…). Cette augmentation de la dotation permettrait de diminuer l’IPP et/ou les centimes additionnels.