Publications des mandats/rémunérations/patrimoine des élus, Assemblée Générale de Publifin, décès au centre fermé, Lidl du centre, Plan de quartiers :: Retrouvez le PTB Herstal au conseil communal

Compte-rendu des interventions du PTB Herstal au conseil communal de Herstal du 27 mars 2017.

Proposition du PTB que l'on publie les mandats, rémunérations et patrimoine des élus de Herstal.

Maxime Liradelfo : « Dur dur pour les partis traditionnels de joindre les actes à la parole… avec le PTB, c’est ce que nous avons proposé de faire hier soir au conseil communal en proposant de publier sur le site de la ville de Herstal, tous les mandats et les mandats dérivés de tous les membres du Conseil et du Collège, ainsi que toutes les rémunérations de ces mandats, et également toutes les fonctions dans le privé et les rémunérations, ainsi que le patrimoine ».

Avec Publifin, un seuil a été franchi et il est temps d’établir une transparence complète, donner un signal positif à la population de la ville de Herstal et donner un exemple au monde politique. Pour le PTB, un responsable politique s'engage normalement dans l'intérêt général de la population et il porte des responsabilités sociales qui impliquent une relation de confiance avec les citoyens. Les gens ont le droit de savoir comment vivent ceux qui prennent des décisions politiques qui vont influencer leur vie !

Si les différents partis au conseil PS-MR-EPH-Indépendant s’accordaient à dire que les affaires Publifin les avaient ébranlés, nous avons eu droit à un bal d’arguments technico-juridiques pour justifier de ne pas soutenir notre proposition… « Ne pas se précipiter »… « Ce serait dur de l’appliquer en l’état actuel »… « Il y a la commission renouveau du gouvernement fédéral qui y travaille »… ou encore la proposition alternative du Bourgmestre de créer un groupe de travail chargé de réfléchir à comment nous pourrions publier sur le site de la ville certaines informations se trouvant sur les déclarations de revenus des mandataires. Nous estimons que cette proposition alternative ne prend pas la mesure de la situation et n’offre pas suffisamment de garantie quant à son issu.

Nous avons donc maintenu la pression pour aboutir à une transparence complète, comme nous l’avons fait avec notre proposition de commission d’enquête parlementaire Publifin il y a 2 mois. Je vous laisse deviner les partis qui ont soutenu notre proposition. Le problème de notre proposition, c’est pas la forme mais le fond qu’ils ne peuvent pas accepter ».

 

Assemblée Générale de Publifin du 30 mars : des propositions pour que rien ne change.

Publifin s'est invité au conseil communal de Herstal ce lundi soir. Comme dans toutes les communes de la région liégeoise, les élus communaux devaient se positionner sur ce qui va se discuter lors de la prochaine assemblée générale de Publifin qui aura lieu le 30 mars prochain. L'objectif de cette réunion du 30 mars ? Jeter les bases « nouvelles » de Publifin… et devinez quoi ? À l'ordre du jour de cette réunion, rien sur les rémunérations honteuses chez Nethys et ses filiales (1 millions € pour Moreau par exemple) et aucune critique de la privatisation de l'intercommunale… Tous les partis ont accepté cet ordre du jour… Autant dire que rien ne va changer !

Maxime Liradelfo : « Pour le PTB, c'est la politique de privatisation qui est l'origine des problèmes d'éthique découverts chez Publifin. Une intercommunale doit être 100 % publique, transparente et ses dirigeants doivent être rémunérés normalement, sans excès. Si nous avons soutenu certains changements comme la diminution du nombre d’administrateurs et des rémunérations de ceux-ci, nous avons voté contre la nouvelle mission de ce conseil d’administration composé de tous les partis…sauf le seul qui n’est mouillé dans aucune de ces affaires, le PTB…

On vous donne rendez-vous le 1er mai dans les rues de Liège pour une manifestation "Contre les profiteurs, Pour la justice sociale" afin de faire entendre notre voix ! ».

 

Quand un réfugié au centre fermé de Vottem meurt, ça ne rentre pas dans le Règlement d’Ordre Intérieur.

Suite au décès d’un réfugié d’Azerbaïdjan retrouvé mort en cellule d’isolement jeudi 2 mars 2017 au centre fermé de Vottem, nous avons interpellé le collège pour demander des clarifications concernant ce décès.

La question a été qualifiée de « irrecevable » sur base de l’article 78 du règlement d’ordre intérieur du Conseil, car « c’est une matière qui relève du fédéral, où l’administration communale n’a pas de pouvoir ».

Quand on a essayé d’intervenir quand-même pendant le Conseil avec l’argument qu’il s’agit de droits de l’homme, le président du Conseil Mr. Campstein s’est fâché en disant : « le règlement compte pour tous, on n’en discute pas ».

Le PTB estime que c’est très grave que ce genre de faits d’actualité ne puisse pas être discuté dans le Conseil.

 

Question orale concernant le Lidl du centre.

Le PTB a posé cette question après l’expérience de la fermeture de l’Aldi à la Préalle l’été dernier. Cette fermeture a privé surtout des personnes sans voiture, des personnes âgées ou à mobilité réduite d’un magasin de proximité et à budget abordable. Le PTB veut éviter que pareille expérience se reproduise au centre.

Nadia Moscufo : « Selon nos renseignements Lidl a reçu un permis pour construire un nouveau magasin à l’emplacement des anciens établissements Lequet Herkenne. Pouvez-vous nous dire ce qui en est exactement ? Est-ce que ce permis a été conditionné p.ex. concernant le maintien de l'emploi et l'accès du nouveau magasin ? Quelle sera la destination de l'emplacement de l'actuel Lidl ? ».

Mr. Le Bourgmestre en absence de Mr. L’Echevin Lefebvre a répondu que le collège avait rendu un avis favorable au permis unique le 13/03/2017 : ce permis unique ne pose aucune condition ni réhabilitation du site. Le site se situe au cœur de la ville et Urbeo sera attentif à une destination adéquate. Le bourgmestre ajoute : Lidl a demandé de ne pas admettre un concurrent sur son ancien site… A suivre donc….

 

Abrogation (annulation) d’anciens plans particuliers (de quartiers de la ville).

Le PTB s’est abstenu, car s’il est vrai que ces plans sont vieux et dépassés, leur abrogation ne dit rien sur leur future destination. Johan Vandepaer : « Le PTB craint que l’administration de la ville veut rendre ces terrains constructibles pour attirer des promoteurs immobiliers privés. Pour le PTB il faut construire, oui, mais des logements publics et pas dans le sens du Master Plan que nous avons refusé lors du Conseil précédent ».