Les travailleurs de chez Mécamold à Herstal ne se résignent pas !

La direction de Mécamold à Herstal a annoncé ce mercredi la suppression de 54 emplois. Mais dans le plan de restructuration présenté en conseil d’entreprise, c’est bien la moitié des emplois de l’entreprise qui sont menacés. Le personnel a décidé de ne pas se laisser faire. Explications.

Mécamold est une entreprise de Herstal qui fabrique des moules pour l’industrie du pneu. L’entreprise a été « rachetée » à la multinationale Bridgestone par Keravalon le 4 mai dernier. Une société bien connue pour être spécialisée dans la restructuration d’entreprises.


Ce mercredi 20 juin lors d’un conseil d’entreprise Keravalon annonce aux délégations syndicales, FGTB et CNE, « son intention » de se séparer de la moitié de son personnel, les travailleurs sont sous le choc.


Pourtant le lendemain ils décident de ne pas se laisser faire. Ils se mettent à l’arrêt spontanément et organisent un piquet de grève devant l’usine pour interdire l’entrée à la direction.
Les travailleurs et leurs délégations syndicales refusent catégoriquement le soi-disant « le plan de relance » de la direction qui en fait contient, 70 licenciements sur 139 personnes, plus de flexibilité pour ceux qui resteraient avec plus de charge de travail et moins de salaire en bout de course. Inacceptable, disent les travailleurs d’une seule voie.


La nouvelle direction écrit dans un document « Vouloir reconquérir Bridgestone. D’abord en leur prouvant la capacité de faire 600 moules par an au prix du marché et dans les temps ». Cela équivaux, pour les travailleurs, à augmenter les cadences avec la moitié de personnel en moins pour être « compétitif » sur le marché et ils devront travailler 24h sur 24 et 7 jours sur 7 avec beaucoup plus de polyvalence et de flexibilité. Sans exclure une sous-traitance dans d’autres pays, comme par exemple en Amérique latine.


Ils ont décidé, à la majorité, en assemblée générale de reprendre le travail en mode mineur et ont donné mandat à leurs syndicats de bloquer la direction à l’extérieur de l’entreprise et ce dès lundi matin. Par ailleurs ils refusent « le plan » de la direction et mandatent leurs organisations syndicales de négocier en dehors de l’entreprise et sur base de 139 emplois à durée indéterminée.

 

Malgré ce que l’on a pu lire dans certains médias, les travailleurs de chez Mécamold, à l’image de leurs camarades de Parker à Sprimont, restent vigilants et déterminés.

Ils pourront compter sur le PTB à leurs côtés !

le PTB Herstal introduira une motion de soutien lors du conseil communal du 25 juin


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Arnaud Vandepaer
    a publié cette page dans Actualités 2018-06-22 19:36:11 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?