Retour du conseil communal du 25 juin 2018

Suite aux nuisances olfactives dont les riverain.e.s ont été victimes, nous avons interpellé le conseil communal en pointant du doigt les autorités pour leur manque de réactivité face aux problèmes.

En effet, les premières odeurs sont apparues le 25 mai et les premiers prélèvements ont été effectués le 11 juin.

Des prélèvements auraient été effectués le 25 mai. Les riverains n'ont pas accès aux résultats de ces prélèvements.
Le PTB demande d'avoir accès au rapport des pompiers pour analyser les résultats.

Pour le PTB, la responsabilité des autorités communales est clairement mise en jeu, et face aux réponses que nous avons obtenues nous regrettons le manque de remise en question du bourgmestre et de l'échevin de l'environnement face à la mauvaise gestion du problème.

Oui, les gens s'inquiètent pour leur santé et c'est légitime. Pour preuve, beaucoup parmi eux ont eu, et certains ont encore, des migraines, des vomissements, des engourdissements, des saignements nasaux. Il faut donc des réponses claires et la garantie que leur santé n'a pas été mise en danger.

À ce stade, il est impossible de dire si ces produits toxiques ont eu un impact sur la santé des riverain.e.s car les prélèvements ont été effectués 16 jours plus tard.

La question concernant l'identification de la source des déversements de produits toxiques dans les égouts a été abordée, sans réponse précise. Les autorités communales n'ont pas avancées de preuves permettant d'identifier clairement le ou les auteurs de ces déversements.

Le PTB réclame:

1) un plan d'urgence actualisé.

2) Une cellule spéciale pollution. Un seul numéro vert 24h sur 24h.

3) En cas de problèmes similaires, les habitants doivent être évacués et relogés le temps nécessaire.

4) Des visites médicales gratuites doivent être mises en place pour les riverain.e.s ainsi qu'un soutien psychologique.

5) Des perquisitions doivent être faites dans toutes les entreprises qui sont susceptibles d'utiliser des solvants et autres produits dangereux. Pour ce faire, la ville doit se doter d’un cadastre des sites et entreprises polluées.

6) La ville doit porter plainte contre x, se porter partie civile et ainsi représenter les riverain.e.s afin que ceux-ci puissent réclamer les dédommagements.

7) D’ici là, tous les frais doivent être pris en charge par la ville.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Arnaud Vandepaer
    a publié cette page dans Actualités 2018-06-26 11:13:51 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?